Sportifs d'élite

La section des sports d’élite de l‘Armée ainsi que le sport de haut niveau ont une longue tradition à travers le globe. Il existe des programmes similaires dans les forces armées des pays voisins. En conséquence, les championnats du monde militaires annuels et les jeux militaires qui ont lieu tous les 4 ans ont également un très haut niveau.

  • 35

    sportifs d'élite

  • 16

    disciplines

HISTORIQUE

La promulgation de la loi d’août 1997 relative à la réorganisation de l‘Armée a permis la création de la section des sports d’élite. A l’époque, la loi a été votée par le ministre Alex Bodry. Ce dernier était auparavant ministre de la Force publique et également ministre des Sports ce qui a simplifié la coordination.

Les prémices du sport d’élite dans l’Armée ont commencé bien avant 1997, Josy Barthel a eu son premier grand succès aux Jeux militaires de 1947 qui se déroulaient à Berlin en remportant la course sur 800 mètres. Peu après, il est devenu champion du monde militaire sur 800 et 1500 mètres à Bruxelles.

Aujourd’hui, la SSEA compte aussi des Olympiens parmi ses rangs. Raphaël Stacchiotti a participé à quatre jeux olympiques et Christine Majerus brigue également une quatrième participation.

La SSEA compte à l’heure actuelle trente sportifs d’élite. Tous les sportifs de la SSEA ont le statut militaire, ce qui correspond à 6.5% de l’effectif total des soldats volontaires.

Le skieur de fond Kari Peters est l’athlète qui est resté le plus longtemps dans la SSEA et a accompli quinze années au sein de la SSEA et a quitté la SSEA le 22 janvier 2023.

PARCOURS SPORTIF

La section des sports d’élite de l’Armée (SSEA) permet aux sportifs sélectionnés par leur fédération d’appartenance et le Comité Olympique et Sportif Luxembourgeois (COSL), de se perfectionner dans leur discipline tout en ayant droit à une rémunération et une protection de sécurité sociale.

Avant de pouvoir être dispensé pour s’adonner à plein temps au sport, l’intéressé doit réussir avec succès les tests de sélection pour soldat volontaire et une instruction de base de quatre mois. Les instructions de base se déroulent trois fois par ans dans les périodes suivantes : janvier à avril, mai à août et septembre à décembre. Le candidat pour la section des sports d’élite de l’Armée doit donc remplir les mêmes conditions de sélection et se soumettre aux mêmes épreuves que tout autre soldat de l’Armée.

Chaque membre de la SSEA est évalué annuellement au niveau de ses performances sportives pour justifier son maintien au sein de la section. Tout membre de la SSEA, qui doit arrêter sa carrière sportive, peut rester militaire en tant que soldat volontaire ou entamer une carrière militaire selon son niveau d’études. Après au moins trois ans d’appartenance au sein de la SSEA, l’intéressé peut même faire des études de tout niveau (niveau universitaire inclus) au sein du service de reconversion de l’Armée tout en gardant les avantages sociaux du soldat volontaire.

En tant que soldat volontaire, les membres de la SSEA peuvent être demandés à participer à certaines compétitions militaires internationales pour représenter l’Armée luxembourgeoise. Ce sont par exemple les Jeux mondiaux militaire qui ont lieu tous les 4 ans.

La SSEA offre donc aux athlètes non seulement une assurance sociale, mais aussi la possibilité d’un emploi à l’issue de leur carrière sportive. Certains d’entre eux sont restés pendant 3 ans à l’Armée. Pour une période de transition afin de se préparer à la vie après le sport.

Dernière modification le